Pendant la prolongation pour la sixième couche, j'ai profité d'un déplacement pour acheter des écrous papillon inox pour fixer les sièges et des mousses à mettre sur les barres de portage de la voiture, car le chantier qui se termine n'est pas au bord d'un plan d'eau !

14/6/2014 Sortie du canoë de la dépendance où il a été vernis. Les pagaies attendaient sagement depuis longtemps, puisqu'achetées en même temps que le dossier de plans, c'est à dire octobre 2008...

sortie du canoë

Ensuite essai de mise du canoë sur le toit de la voiture... pour m'apercevoir que les mousses de protection manquent de dix bons centimètres en longueur pour remplir correctement leur office...

essai sur la galerie

L'essai a donc ça de bien que je vais pouvoir remédier au problème en coupant les mousses en deux moitiés qui seront repoussées aux extrémités des barres de toit... et que le bateau sera bien maintenu lorsque je partirai l'inaugurer !

23/6/2014 les mousses de protection pour les barres de toit ont été coupées en deux et un petit pensum de couture d'élastiques sur les nouveaux bords des housses a eu lieu. Dans 3 jours on va inaugurer le transport sur le toit de la voiture et la navigation sur le lac.

mousse de barres de toit

26/6/2014 Direction le lac d'Esparron de Verdon et les basses gorges du Verdon pour l'inauguration !

Première mise à l'eau :

première mise à l'eau

Et comme ballade inaugurale nous traversons le lac et remontons les basses gorges jusqu'à la "grotte aux chauves-souris". Ça suffira pour une reprise du canotage et pour juste sentir ses muscles ce soir et bien dormir sans avoir mal !!!

ballade inauguraleballade inaugurale
ballade inauguraleballade inaugurale

Avec en plus le plaisir de voir que notre passage ne laisse pas les observateurs indifférents, qu'ils soient vacanciers ou professionnels loueurs de bateaux divers sur le lac.

2/7/2014 Deuxième sortie... avec un équipier de poids !

Entre le garage à bateau et le lac, utilisation d'une remorque faite maison, qui peut être accrochée à la voiture pour une courte distance, puis manœuvrée à la main pour rejoindre le site de mise à l'eau de façon plus pratique que le portage "à bras".
remorque de mise à l'eau

Le plan de mise à l'eau municipal est bétonné... prudence donc dans la mise à l'eau, et pour l'embarquement.
mise à l'eau

C'est tout seul que j'embarque pour aller chercher mon équipier à un ponton voisin.
deuxième sortie

Mon équipier du jour avoue plus de 110 kg... Dès l'embarquement, il est immédiatement évident que s'il occupe le siège avant, le canoë va être instable, le nez dans l'eau et le cul en l'air, de façon encore plus sensible que lorsque je suis seul à l'arrière comme sur la vue ci dessus. Mon équipier recule donc vers le centre du canoë et s'assoie derrière le siège avant.
deuxième sortie

Pour autant, faute d'avoir prévu des coussins rembourrés, et bien qu'assis sur les sandales pour amortir l'effet de la carlingue, l'assise n'est pas confortable et le dos porte sur la barre de portage ; donc après avoir remonté les basses gorges sur une bonne partie, changement pour la position à genoux, ces derniers protégés par le rembourrage du gilet de sauvetage pour le retour au ponton.
deuxièeme sortie

Essai "en charge" concluant !!! Les petits enfants et leur grand mère ne dépasseront pas le poids de mon équipier du jour !