Depuis trois jours j'aspire les poussières de l'atelier en vue de la stratification, et j'ai nettoyé à l'acétone ma cuvette et les godets doseurs.
Je vais modifier un peu la procédure suivie pour la stratification intérieure ; Compte tenu de l'expérience récente et après avoir relu attentivement la notice de la Canoterie sur le sujet, je vais passer la résine d'imprégnation diluée et vais la laisser sécher au moins une journée. La notice dit que l'imprégnation diluée sert de bouche pore pour le bois (pour éviter la formation de bulles d'air dans la stratification) sans conduire à avoir une couche de résine qu'il faudrait poncer avant de stratifier, et cette procédure permet de travailler sur un support non humide qui permet de faire glisser le tissus de verre et le mettre correctement en place. Je m'en suis rendu compte en ayant du mal à poser le deuxième côté de stratification extérieure, pourtant c'était marqué dans la notice mais il m'a fallu l'expérience pour bien interpréter ce qui était marqué !

Par contre, j'avais le souci d'une température plus près de 25° que de 20° pour la stratification extérieure, et aujourd'hui j'ai le problème inverse : une vague de fraîcheur qui nous donne des températures inférieures de 5° aux normales saisonnières mi septembre me donne du 16,5° dans l'atelier ; je vais donc inaugurer un chauffage mobile d'atelier acheté à tout hasard il y a un an.

impregnation côté 1imprégnation côté 2

Préparation de la résine 240 ml, du durcisseur 80 ml et du diluant 250ml, soit 570ml de mélange. C'est la quantité que j'avais préparé pour l'imprégnation extérieure et il m'en était resté 30ml environ. Là, c'est 150 ml qu'il me reste après imprégnation. Sans doute l'imprégnation extérieure fait que celle de l'intérieur consomme moins de résine.
On devine sur les photos les traits de feutre qui me servent de repère :
- sur le fond pour l'axe du bateau, le trait sera recouvert par la carlingue mais va me guider pour la pose du tissu
- sur les côtés vers les étraves pour matérialiser le livet, ils seront cachés par les plats bords et le bois au dessus sera raboté.

Une leçon à tirer de cette imprégnation : si je veux ne pas me mettre trop de résine sur la manche du bras qui tient le pinceau lorsque je stratifierai le tissu et lors du glaçage qui suivra, j'ai intérêt à protéger la dite manche avec un sac plastique !

Enfin cette première étape d'imprégnation révèle la beauté du bateau, malgré le fil du bois tourmenté du aux nœuds, mais révèle aussi quelques petits défauts, par exemple les rebouchages enduits qui malgré le ponçage ne s'imprègnent pas de la même façon et forment quelques halos plus clairs.

découpe tissudécoupe tissu

Comme suggéré dans la notice de la Canoterie pour ceux qui n'ont pas beaucoup d'expérience, je découpe les quatre morceaux de tissu destiné à stratifier l'espace le long des étraves. Je pose les deux premiers en place sur l'imprégnation sèche, ce qui permet les tâtonnements nécessaires dans cet espace un peu difficile d'accès. Les deux grands morceaux de tissu, 3,65 m, sont également préparés pour être posés dans la foulée lors de la stratification que je prévois pour demain.

17/9/2013 fort vent de nord à la météo et 15° dans l'atelier ce matin... Indépendamment du fait que je n'ai pas pu me mettre immédiatement au travail, j'ai du chauffer et attendre que l'atelier soit à un peu plus de 20° pour commencer à stratifier les quatre morceaux dans les étraves avec 2 fois 90ml de résine + 30ml de durcisseur.
Pose ensuite le long de l'axe matérialisé par mon trait au feutre noir, d'un le de tissus de 3,65m et stratification.

pose tissu centralpose tissu centralen cours stratification intérieure

560ml de mélange en deux fois 280 ml (210+70) pour chaque côté de stratification avec un tout petit recouvrement avec les triangles des étraves... et il est bien tard et la fatigue se fait sentir.

stratification interne terminée

Après avoir hésité à continuer en nocturne, je garde le chauffage et le baisse un peu, pour que la résine prenne correctement, et je m'y remettrai vite demain matin pour une ou deux couches de glaçage pour protéger le tissu sans aller jusqu'à faire une surface trop lisse, le granulé du tissu faisant antidérapant.

Le vent est tombé cette nuit et j'arrête le chauffage ce matin : il fait 22°. Ayant oublié que j'avais un rendez vous ce matin à l'extérieur, je ne reprends qu'en début d'après midi et l'atelier est encore à 20°.
Un mélange de 280ml (70d+210r) pour chaque côté constitue ce glaçage, ponctué par la découverte de deux erreurs qui m'ont échappé hier soir : une belle bulle ovale de 5cm*1cm sur le premier côté au niveau du bouchain qui s'est sans doute produite quand je tirais (trop fort) la résine au pinceau vers le flanc du bateau pour l'étaler. Cela s'est produit plusieurs fois avec correction immédiate, et cette bulle là m'a échappé. Comme le tissu imprégné est durci par la résine, je découpe tout l'ovale au ciseau à bois et colle à la résine du glaçage un bout de tissu découpé en ovale dans les chutes ; A la fin du glaçage j'ai cherché où j'avais fait cette réparation sans trouver, ça ne se voit pas.
Deuxième erreur, je découvre que sur le haut de l'autre côté le tissu n'est pas bien collé au bois : peut être en passant près du bateau j'ai accroché le tissu qui débordait avec ma combinaison de travail sans m'apercevoir de la conséquence. Ce n'est pas bien grave, car limité au bord qui sera recouvert par le plat bord. Je rajoute de la résine quand même et serre le tissu, déjà imprégné et durci, avec quelques serre-joints, ça devrait se réparer avec la prise de la résine de glaçage.

glaçage interne

Bon, a priori, stratification interne et gros travaux avec la résine terminés, quand j'aurai laissé durcir tout ça deux ou trois jours.

19/9/2013 J'ai ébavuré les bords de tissu plus ou moins durcis par la résine au cuter et j'ai pesé le bateau à ce stade : 21 kg environ.

Je vais maintenant devoir profiler mes plats bord et listons dont j'ai entrepris déjà parallèlement depuis quelques jours de mettre les bois bruts à la longueur nécessaire au moyen de scarfs.