Le ponçage n'est pas encore tout à fait terminé et l'étape suivante, après un gros dépoussiérage de l'atelier, sera la stratification extérieure de la coque. Je commence donc à potasser la documentation mode d'emploi de la résine époxy SICOMIN SR5550 et du durcisseur préconisé SD 5503 que j'ai approvisionné il y a un mois et demi.

Comme je l'avais un peu mémorisé un facteur important est la température :
À 20°, le "temps pour atteindre l'exothermie" est de 1h05' et à 25° ce temps est de 38'.

Première démarche mettre un thermomètre dans l'atelier, qui affiche entre 24 et 25°. Heureusement l'atelier est ouvert au nord car on flirte en ce mois d'août vers les 30° . Cela veut dire quand même que par prudence, je dois pouvoir organiser l'opération résine stratification en séquences d'une demi heure à 40 minutes comprenant la préparation du mélange résine/durcisseur + éventuellement diluant et son application sur la coque.

Deuxième contrainte, le temps hors poussière à 25° est de 2h15' et il est préconisé dans la notice que pour un "accrochage chimique" il faut passer la couche suivante de résine quand elle est "amoureuse" c'est à dire avant (mais combien de temps avant?) ce délai hors poussière.

Je vais donc d'abord rappeler Sicomin pour me faire préciser la signification des temps de la notice : "exothermie" temps pour atteindre 50°" et "hors poussière" et leur demander où se situe la notion "amoureuse".

Je suppose ensuite qu'il me faudra programmer dans la foulée d'une journée de travail :
* deux étapes de 30' pour l'imprégnation de la coque en résine diluée
* deux étapes de 40' pose du tissus et son imprégnation de résine (une pour chaque côté, j'espère que c'est faisable en 40')
* enfin là encore sans doute deux étapes de glaçage. (En fait je le constaterai plus loin, j'ai lu avec trop peu d'attention la notice sur ce chapitre du glaçage, qui parle de deux ou trois couches soit six étapes...)

Le temps de finir le ponçage et le dépoussiérage, j'ai le temps de ruminer ce problème et d'établir un plan d'action minuté, mais je crois que c'est nécessaire car un ratage à ce niveau risque de saborder le chantier...
fournitures stratification

8/8/2013 Le technicien de SICOMIN m'a renseigné : l'état "amoureux" du mélange est bien avant l'état "hors poussière ; je dirais entre 1h et 1h1/2 pour 25° avec un hors poussière à 2h15'

Confirmation donc qu'il ne faut pas traîner, mais une bonne astuce m'a été fournie pour respecter le fait que moins la quantité préparée est importante, moins vite elle chauffe. Et le conseil qui m'a été donné est de préparer à l'avance les quantités sans les mélanger pour que tout soit prêt au moment voulu sans avoir à mesurer dans l'urgence. Cela va être d'autant plus facile que lors de l'achat de la résine, Sicomin m'a fourni gratos 10 bols gradués de 350ml.

Pour l'imprégnation de la totalité de la coque, la notice de la Canoterie propose 700 à 900g de mélange (ou 600 à 750 ml), moins si dilution : je vais donc préparer deux fois 3 bols, le premier bol pour la résine (3 volumes soit 240ml), le deuxième pour le durcisseur (1 volume soit 80ml) le troisième pour le diluant 250ml, dans la mesure où j'aurai 2 quantités pour l'imprégnation extérieure et 2 pour l'intérieure et que j'ai approvisionné 1 litre de diluant.
Dans la demi heure que j'aurai après le travail d'imprégnation, je pourrai préparer 4 fois deux bols : résine 240ml et durcisseur 80ml pour la stratification du tissus de verre (à découper avant tout), la notice annonçant les quantités ci dessus pour chaque côté.
Pour le glaçage, pour lequel la notice annonce une quantité légèrement supérieure de mélange je préparerai ensuite 4 fois 2 bols de 270ml (résine) et 90ml (durcisseur) sauf à légèrement modifier ces estimations préparatoires si l'expérience le demande.
Me voila au bout de ma réflexion inquiète sur le cadencement du travail. A cela s'ajoute que la série d'orages que nous venons de subir a raffraîchi l'atmosphère et que la température de l'atelier (pendant le long travail de dépoussiérage "sol, murs et plafond") a chuté de 24/25° à 20°5.

17/8/2013 J'ai traîné un peu ces jours ci avant d'attaquer la résine. C'est pour aujourd'hui, 22° dans l'atelier et quelqu'un pour m'aider à tendre le tissu et faire des photos.

imprégnation


J'ai mis le masque anti vapeurs pour cette opération, mais j'ai cru étouffer ; de plus ce masque n'est pas conçu pour porter en même temps des lunettes de vue (ou alors, c'est de porter des lunettes qui entraîne une mauvaise position du masque qui appuie sur les narines et m'incommode...) Je continuerai sans masque, l'aération étant suffisante.
J'avais préparé, suite à la réflexion ci dessus, 2 fois 3 gobelets résine+durcisseur+diluant... et je n'ai eu besoin que d'une série et j'ai remis le diluant de la deuxième préparation dans sa bouteille. Après une demi heure d'attente, préparation de 3 fois 2 gobelets résine+durcisseur et pose du tissu sur le premier côté : ça colle un peu, mais on arrive à faire glisser le tissu pour le mettre en bonne position.
premier côté tissu
Imprégnation du tissu, il me faudra 3 mélanges de 240+80ml. J'ai commencé par le centre et continué par les extrémités. Trois quart d'heure à une heure plus tard le premier côté est fini :
premier côté stratifié

premier côté stratifié

Pose du deuxième côté de tissu... moins facile que pour le premier côté car la résine qui tient le premier côté colle les parties en en recouvrement. Bien que ne pouvant faire glisser le tissu pour ajuster sa position, on arrive à le positionner sans trop de pli. 
deuxième côté tissu

Petit reportage sur les préparations de résine : au calme avant d'agir, j'ai préparé des gobelets résine et durcisseur, autant que supposé nécessaire pour l'action en cours, puis nettoyage succinct de ma cuvette et mélange agité pendant trois minutes avant de l'utiliser.
préparation résinepréparation résine
préparation résinepréparation résine

Petit reportage sur la stratification du deuxième côté :
stratificationstratification

On voit au contenu de la cuvette que le premier tiers de résine a été utilisé pour stratifier la partie centrale.
stratificationstratification
La résine est spatulée après imprégnation, en vérifiant qu'il n'y a pas de bulle d'air, de manque ni d'excès de résine.
stratificationstratification
Au niveau des étraves le tissu est découpé de sorte qu'il couvre l'étrave jusqu'à 2 à 3cm de l'autre côté, et l'autre côté du tissu est découpé pour arriver bord à bord de ce recouvrement sans surépaisseur.

La stratification extérieure est terminée.
stratification terminéestratification terminée
stratification terminéestratification terminée
Il aurait fallu que je commence ma "journée résine" plus tôt ce matin pour procéder au glaçage dans la foulée. Je constate en commençant celui ci que je devrai passer deux ou trois couches pour arriver au résultat souhaité.
J'arrête donc, il est déjà tard et le stratifieur débutant que je suis est fatigué ; le relief du tissu est partout perceptible et servira d'accroche pour les couches de glaçage, même si un meilleur planning (avec de l'aide ?) aurait permis de continuer pour que le glaçage ait une accroche chimique. Une dernière photo et on va laisser la résine durcir au moins un jour avant de reprendre le glaçage.
premier glaçage

20/8/2013 Après un léger ponçage, seulement sur les rares parties lissées par la première ébauche de glaçage mais pas sur les parties où le tissu n'est pas couvert, j'ai procédé hier au glaçage : deux mélanges de résine de 350ml dont il m'est resté environ 60ml.

Déconvenue et dilemme ce matin en allant voir le résultat après prise de la résine largement au delà du hors poussière : j'avais bien lissé en travers et en long la couche de résine, faisant attention à bien couvrir sans excès de résine toute la surface de tissu. J'avais même refait le tour pour lisser quelques petites coulures de résine au niveau des carreaux et sous le bouchain sur les parties verticales.
De toute évidence pas assez longtemps... si pour une zone grande comme la main où le tissu n'est pas couvert, je peux incriminer mon manque de vigilance et l'éclairage un peu juste de l'atelier, je me suis fait piéger par le fait que la résine a lentement subit l'effet de la pesanteur et m'a fait des coulures sur les parties verticales...
Il y aura une séance de ponçage à la fin de la construction, avant de passer plusieurs couches de vernis, donc j'espère que les coulures disparaîtront à cette occasion, mais pour le manque où l'on voit le tissu, je crois qu'il faut rajouter une couche de glaçage et ça ne fera pas de mal à l'ensemble de la coque qui supportera mieux ainsi le ponçage avant vernis.
ponçage avant 2ème glaçage
ponçage avant 2ème glaçage
Je commence donc par donner un coup de ponçage manuel ce matin avec une feuille de grain 180 pour rendre mates les parties lisses et brillantes : on voit ci dessus le résultat et on devine bien les coulures non souhaitées.

J'ai donc passé cette après midi une nouvelle couche de glaçage (2 mélanges de 200ml dont il m'est resté 50ml) et je suis resté plus de trois quart d'heure après la fin d'application de la résine, presque jusqu'au temps hors poussière, à faire le tour de la coque pour passer des coups de pinceau de lissage et d'examen soigneux en lumière rasante (ce que j'aurai du faire à chaque étape du glaçage), en en profitant aussi pour enlever quelques poils de pinceau.
Difficile toutefois d'identifier les nouvelles coulures sur les anciennes...

Bon, dans deux jours je vais avoir de l'aide pour désolidariser le bateau et ses couples de sa poutre chantier (il faut bien deux costauds !), juste le temps de laisser mes couches de glaçage de durcir comme il faut.

glaçage terminé
glaçage terminé
Lendemain matin, résine dure, même si on va laisser durcir deux jours encore.
Fin de cette page... Cette fois le glaçage me semble bien terminé. Je pense que les imperfections (l'artisan qui a construit les remarque plus qu'un autre...) seront atténuées ou même disparaîtront lors du ponçage avant vernis. D'ici là il y a encore du boulot, mais à ce stade je trouve déjà le canoë très beau !!!