Il faut maintenant transformer les planches de red cedar préparées par le menuisier (ma machine à bois ne me permettant pas de débiter correctement l'avivé de 155 mm de section, j'ai sous traité ce travail pour avoir des planches en 20 mm d'épaisseur).

Première difficulté pour ne pas manger trop de bois avec les lames de scie modernes à pastille de carbure rapportées qui font des traits de scie de 2 à 3 mm d'épaisseur (la moitié de l'épaisseur souhaitée d'une latte) j'ai recherché une vieille lame en acier au carbone, de voie plus fine, que j'ai fini par trouver dans mes affaires rescapées d'un précédent déménagement, après avoir vainement cherché sur internet.

sciage des lattes

Il a fallu inventer des rallonges à la machine à bois pour soutenir les planches avant et après sciage, au moins le temps d'effectuer le travail !

sciage des lattes

Enfin, le muret de l'allée s'est trouvé là bien placé pour recevoir les fagots de lattes maintenus par un ruban adhésif.

sciage des lattes

Ce travail a été effectué le 14/3/2010 pour profiter de la possibilité de travailler à peu près à plat dans l'allée d'accès à la maison que nous devons quitter.

En effet, pouvant déménager depuis bientôt un an (dès que la transaction de vente sera concretisée), je n'ose pas me lancer dans la phase active de construction du canoë, sachant qu'il serait peu facile de déménager sans dégâts un bateau à moitié construit. Ce sera donc le dernier travail avant le déménagement dans moins d'un mois, et les travaux d'aménagement qui m'attendent dans la nouvelle maison font que je ne reprendrai le "Projet canoë" qu'en juillet 2012 !